Tableau de Constantin 1 mai 18x6 (Collection privée E. L)
Tableau de Constantin 1 mai 18x6 (Collection privée E. L)

Grâce à la perspicacité et l'aimabilité de quelques collectionneurs qui ont bien voulu me communiquer un tableau, des photos et cartes postales anciennes il est possible de se faire une idée de La Thuile il y a une centaine d'années et même davantage.

 

Le tableau de Abraham Louis Théodore Constantin (1782-1847), "peintre en émail qui ne s'occupait que de paysages"1 daté du 1er mai 18x6 est la plus ancienne représentation du chalet de La Thuile. La vue est représentée depuis le sud et le bâtiment devait être à peu près à l'emplacement du bâtiment principal actuel.

1 Selon son cousin germain Abraham Constantin (1785-1855), célèbre peintre genevois sur émail et sur porcelaine.

La Thuile vers 1895
La Thuile vers 1895 (Collection privée J.L Sartre)

Sur cette postale, écrite en 1903 mais la photo a probablement été prise un peu avant 1900, le corps de ferme n'a pas encore été rénové par la famille Brand et le toit de la ferme est encore en chaume comme sur le tableau de Constantin.

La Thuille vers 1910 (Collection G. Lepère, association La Salévienne"
La Thuille vers 1910 (Collection G. Lepère, association La Salévienne"

Sur cette vue du début des années 1900, par rapport au tableau de A. L. T. Constantin, plus ancien, on remarque l'existence de bâtiments plus grands et plus nombreux.

 

Vue générale de La Thuile et des Pitons (Collection G. Lepère, association La Salévienne)
Vue générale de La Thuile et des Pitons (Collection G. Lepère, association La Salévienne)

Tout d'abord on remarque la progression de la forêt : vers 1900 il existait encore de vastes zones de paturâges en dessous du chemin actuel qui va de La Thuile au Grand Piton.

Dans la plaine le tracé des routes était parfaitement visible, on pouvait voir par exemple le D18 actuel du Châble à Malchamps.

 

La Thuile Vue du Nord
La Thuile vue du Nord (Collection G. Lepère association La Salévienne)

En arrivant de Beaumont par le sentier, on trouvait tout d'abord la gare d'arrivée du "fil" [12 sur le plan]. Celui-ci était supporté par des supports en bois. Pour faire monter des marchandises il fallait en faire descendre d'un poids légèrement supérieur, pour cela on faisait descendre du bois qui était ensuite stocké à la gare du bas. Un frein permettait de régler la vitesse de la charge.

 

Plan schématique des bâtiments autrefois
Plan schématique des bâtiments autrefois

Dans la cour de la partie habitation se trouvait ce curieux bâtiment [5] qui servait de salle de restaurant, puis devant la ferme un grand bassin rectangulaire en granite avec une "chèvre" en forme de pyramide. Au sud de la ferme (1) se trouvait des arbres en espaliers contre la façade bien exposée. Derrière le bâtiment [3] on trouvait le fumier [7] et accolé au bâtiment "la battante" [3b] c'est-à-dire la scie mue par la force de l'eau stockée dans un réservoir [10] dans la pente amont et toujours existant.

En contrebas de "la battante" on trouvait le jardin [8], plus bas encore le verger [9] dont il reste encore quelques arbres aujourd'hui.

Le bâtiment [4] réalisé plus tardivement, dans les années trente, a été utilisé comme garage. Ce bâtiment dispose d'une fosse de visite pour les véhicules.

Au delà du bâtiment [2] qui servait à abriter les outils, et après le ravin, se trouvait un chalet en bois [6], le chalet Molly. Il a été reconstruit ici par monsieur Auguste Molly. Ce chalet "était un raccard à foin qu'il avait fait venir du
Valais pour le reconstruire au Salève en 1904, pour le plus grand plaisir de sa famille qui y passait les vacances d'été". La famille Molly était sans doute une famille amie qui avait  obtenu l'autorisation des Brand de construire ce chalet (cf. photo ci-dessous). Il ne reste rien du chalet, il a hélas été détruit vers 1985.Il a fort heureusement inspiré plosieurs poètes (Cf. menu Poésie à La Thuile)

Il était exactement situé sur un emplacement plat, encore bien visible aujourd'hui, le long de l'ancien chemin de la Thuile aux Convers, celui que l'on voit sur la photo ci-dessous (en contrebas du chemin actuel).

Le chalet du berger de La Thuile
Le chalet Molly (Collection G. Lepère association La Salévienne)
L'usage des boeufs
Les boeufs au travail (Collection Cl. Mégevand association La Salévienne)

Naturellement ce sont les attelages de boeufs qui étaient utilisés pour les déplacement des charrois dans les alpages de La Thuile

Le verger
Les bâtiments et le verger de La Thuile (Collection G. Lepère association La Salévienne)
Fenaison avec les boeufs
Fenaison avec les boeufs, en contrebas des bâtiments (Photo A. Molly)